lundi 25 avril 2011

Le printemps en Pennsylvanie

Le printemps est très fleuri ici. Lorsque le beau temps daigne pointer le bout de son nez, la météo est très clémente, avec des températures estivales et des journées bien ensoleillées. Si ce beau temps a plus que tardé, il n'en demeure pas moins vrai que le printemps pennsylvanien est une saison courte. L'on a presque la sensation de passer directement de l'hiver à l'été, avec toutes les frustrations que cela engendre (notamment lorsqu'il neige encore en Avril), mais cette agréable sensation que les gelées ne seront plus de mises à partir de maintenant (encore que, sur ce point, je conserve quelques doutes). Sur le campus de Bucknell University et dans les rues, les américaines suivent une mode bien à elles : les bottes de neige aussitôt rangées, les claquettes et autres tongs sont de sortie. Le tout en quelques heures à peine ! Le vendredi, tout le monde en snowboots. Le lundi qui suit, les flip-flops sont bien là, aucun doute ! La notion de "mi-saison" a tout simplement été reléguée au rang de détail insignifiant. J'ai parfois un peu froid en regardant toutes ces filles très légèrement habillées, vêtues de courtes robes aux bras nus et de sandalettes, alors qu'on tolère encore très bien les chaussettes et les chaussures fermées, que la veste aux manches longues constitue un outil indispensable, et que les minijupes ne vont pas sans de petits collants (qui, en Avril, sont encore très utiles). L'adage qui soutient qu'en "Avril, ne te découvre pas d'un fil" est loin d'être vrai ici. Il existe une véritable différence culturelle dans le domaine vestimentaire entre la France et les Etats-Unis, ce que j'ai vite compris en arrivant ici, en étant très vite tentée de passer chacune de mes journées à porter un pantalon de pyjama informe et des horribles baskets pour imiter mes consoeurs. Non pas que les américaines ne savent pas s'habiller de façon élégante, mais souvent les vêtements de tous les jours ressemblent plus à des pyjamas qu'à autre chose... Il ne m'est pas arrivé souvent de croiser des filles portant d'interminables talons, qui ne peuvent pas marcher avec, et qui se déhanchent dangereusement. Ou même, des femmes portant de belles chaussures, tout simplement. Souvent, les vieilles running shoes et les sweatpants constituent l'uniforme le plus courant, quel que soit l'âge des femmes concernées. Mais les américaines sont à l'inverse beaucoup plus coquettes en ce qui concerne la manucure. J'ai l'impression que de ne pas se "faire les ongles" est un peu honteux. Toutes les femmes arborent de grands ongles vernis, avec des couleurs pour le moins tape-à-l'oeil et un mauvais goût certain (mais pas toujours !). Tant pis, frenchy je suis, frenchy je resterai. Je me dois de conserver mes habitudes : allez donc faire une pâte à tarte à la main avec des ongles french manucurés, limés, très longs et vernis, et on en reparle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)