lundi 30 septembre 2013

Cucurbitacés et autres curiosités de l'automne


L'automne est arrivé, avec ses températures douces et ensoleillées, ses foires régionales aux mille mets à déguster, ses pommes et son apple cider local, tandis que les décorations d'Halloween commencent à pointer le bout de leur nez et que la citrouille envahit le paysage. Pumpkin à toutes les sauces, en bagel, en latte (à Starbucks), en muffin, en tarte, en pain, en soupe, en quiche, en beignets, en confiture, en sauce et en coulis. Si le légume en soit est plutôt insipide et particulièrement fade, d'autres courges locales sont tout particulièrement délicieuses, comme la butternut squash (dont le goût s'approche de notre potimarron), ou d'autres variétés locales. Les marchés offrent de plus en plus de choix et la tentation est grande d'en profiter. Je viens de me procurer LA traditionnelle citrouille qui doit décorer le devant de notre maison. C'est une énorme chose assez lourde qui ne finira sans doute jamais dans notre assiette, mais sera la pièce centrale de bienvenue de la soirée d'Halloween, où bon nombre de gamins devraient venir sonner à la porte pour réclamer leurs bonbons. Dans un même temps, la gradschool se passe plutôt bien, si ce n'est que le travail ne manque pas et que les journées s'éternisent toujours un peu plus. Je commence mon observation clinique avec ma tutrice de deuxième année cette semaine, avec des heures réparties entre la clinique de l'Université et les écoles du coin. Je commence aussi mon projet de recherche (un autre mémoire !) mais le sujet reste encore assez flou à ce stade. Les cours se passent bien, et j'ai constamment l'impression de devoir potasser, en plus des devoirs à rendre régulièrement. Beaucoup de projets de groupe sont à faire, et il est intéressant de profiter de l'expérience passée de chacun (surtout chacune, vu que mes classmates ne sont principalement que des filles !). L'ambiance générale est assez sympa, et je ne me sens pas si vieille que ça, même s'il existe un gros décalage avec certaines collègues de promo qui sortent à peine de leur licence. Les feuillages se couvrent petit à petit de belle couleurs (voir mon article de 2011) et je regretterais presque de ne pas avoir plus de temps libre pour profiter de notre belle Pennsylvanie. Car l'automne est la plus belle saison ici, un véritable été indien où chaque journée est ensoleillée et particulièrement agréable. Alors profitons-en, car l'hiver ne va pas tarder encore longtemps...



dimanche 8 septembre 2013

Carte verte : une décennie de tranquillité

Ce weekend ensoleillé s'achève sur une note réjouissante : je viens de recevoir ma nouvelle carte verte !    J'étais actuellement sur l'extension de douze mois de ma première carte verte, une carte provisoire valable deux ans (mon statut de permanent resident était un conditional status qui devait être réévalué) et cette carte avait expiré en Février dernier, lorsque nous étions à Paris. Cette petite particularité administrative ne m'avait pas complètement laissée libre de mes mouvements et de mes voyages trans-atlantique, mais c'est désormais du passé. Maintenant, je peux entrer et sortir du territoire sans craindre un quelconque imbroglio douanier, quand bon me semble, pour aller où bon me semble, et ce pour une décennie toute entière. Il ne me faudra que régulariser mes longs voyages (ceux supérieurs à six mois) et je peux maintenant aller et venir à ma guise, renouveler mon permis de conduire lorsqu'il expirera,  ou prendre un emploi à plus long terme...


Plus qu'un simple papier, c'est un peu le symbole d'un répit provisoire de toutes les démarches administratives que Logan et moi devons accomplir régulièrement pour avoir le droit d'être ensemble. Car avoir deux nationalités différentes n'est pas toujours facile au regard des diverses administrations. Nous en avons bien que trop fait les frais (voir les archives du blog de 2010 et 2011 sur ces liens), et si la réception de cette carte me réjouit plus que tout, je penche plutôt vers un sentiment de soulagement. Et nous allons fêter ça : moi, Jurassienne expatriée au pays des doughnuts et des territoires immenses, je sais saisir chaque opportunité de faire péter le champagne !