samedi 15 février 2014

Let it snow, version 2.0

Notre rue, presque déneigée

Il a encore neigé. Beaucoup. Une intense et nouvelle vague de neige qui a fermé toutes les écoles et les Universités du coin. Une journée bien au chaud à trainer en pyjama et à me soigner d'une vilaine bronchite. Les mômes de l'école primaire, c'est plein de microbes (c'est bien connu). A moins que je n'ai attrapé lesdits microbes at home, via ma chère moitié qui tient presque mieux le choc des températures polaires que moi. Mais où est l'été bon sang ? Quand reviendront les douces journées de printemps ensoleillées ? Presque soixante-dix centimètres de neige fraîche sans aucune piste de skis : y'a un truc qui ne colle pas. Après un mois de Janvier très froid, un mois de Février couvert de neige, j'aurais presque des frissons de jalousie en pensant aux parisiens qui se plaignent de leur douceur inhabituelle, même sous la pluie. A moins que ces frissons ne soient ceux  d'une nouvelle vague de fièvre, la fièvre hivernale Pennsylvanienne ? Toujours est-il que l'hiver a bien assez duré. La barbe, quoi. Alors on s'active, on fait tout pour se réchauffer, et on croise les doigts pour que le printemps ramène sa fraise. Alors Mister Météo, à bon entendeur...

Les petits bonshommes de neige de ma voisine Paula

mercredi 5 février 2014

Un blanc manteau


Il a neigé, beaucoup. Suffisamment pour que les écoles ferment et que l'Université prenne un jour de congé. Peu de voitures circulent ce matin, les rues sont d'un calme plat et seul le bruit des pelles à neige grattant le pavé retentit. Tout est recouvert d'une couche cotonneuse, un bon foot de poudreuse recouvert d'une couche de glace en surface. Je me suis réveillée avec bonheur sur cette journée de congé, en me demandant ce que j'allais bien pouvoir faire. Bosser quand même, cela va de soi. Car si un aller-retour à la fac m'est économisé, il n'en reste pas moins que le cours tumultueux de mes activités universitaires persistent. Pas de répit, donc. Je profite de ce temps pour travailler sur mon projet de recherche qui va bien m'occuper prochainement. Et si l'hiver finissait bientôt ?