mercredi 30 avril 2014

Pratiquer l'orthophonie en Anglais


J'avais envie depuis longtemps d'écrire sur mon expérience en tant qu'orthophoniste française  expatriée et pas forcément fortiche pour les langues étrangères, et encore moins douée lorsqu'il s'agit de traiter les troubles du language dans une langue qui n'est pas la mienne. A première vue, ça peut paraître un peu comme une mission "impossible". Je vous passe les détails sur mes nombreuses crises de nerfs à chaque fois qu'il a fallu écrire un paper de quinze pages, ou mon désarroi lors des épreuves de langage du GRE... Ou les commentaires de mes divers maîtres de stage qui repassent derrière moi pour corriger les fautes d'anglais. Let's be honest. L'égo en prend un coup quand on se sent "assistée" et dépendante. Rien n'a été facile et rien n'est encore facile. Il y a toujours des jours où j'ai l'impression que je ne vais pas y arriver, que le handicap linguistique est insurmontable et que je perds tout simplement mon temps. Dans ces moments-là, j'imagine que j'aurais mieux fait d'ouvrir une pâtisserie car là, au moins, être française aurait été un atout plutôt qu'un handicap. Et puis faire des gâteaux toute la journée (et les manger !) c'est quand même une vie de rêve. Et puis d'autres jours, je réalise que mes patients font des progrès, que je ne suis pas plus mauvaise qu'une autre, et que même, être étrangère me confère un avantage certain. Déjà, être française aux Etats-Unis est censé être un plus : pour un américain, tout ce que est français est classe, raffiné, sophistiqué, voire culturellement intelligent. Et puis cela suscite la surprise : qu'est-ce qu'une jurassienne comme moi est venue faire au fin fond de la Pennsylvanie centrale, en plein coeur du pays Amish et loin de toute métropole civilisée ? Forcément, ça intrigue, et je crois que la curiosité est le meilleur moteur pour démarrer une conversation et établir une bonne communication. Alors ces jours-là, je suis contente de mes choix, des challenges que j'ai déjà relevés et de ceux qu'il me reste à accomplir. Au sommet de la pile, mon prospectus meeting (une sorte de pré-soutenance) de mon mémoire de master, et quelques examens finaux à passer. Pour la suite, je ne pense même pas au semestre d'été qui débute en Mai. Car avant ça, mes parents débarquent ! Et au moment où je finis cet article, ils sont quelque part au dessus de l'Atlantique pas très loin des côtes américaines. Il va me falloir encore quelques jours de patience : leur arrivée à Lewisburg n'est prévue que Jeudi prochain. Inutile de préciser que I just can't wait!!!


lundi 21 avril 2014

Easter!


Il est dommage que le lundi de Pâques ne soit pas férié aux Etats-Unis. Je serais bien restée au fond de mon lit à végéter aujourd'hui, plutôt que de passer une bonne dizaine d'heure dans le Voice Lab et quelques heures de plus à la clinique. Et pourtant : quel fantastique weekend ! Si le beau temps a été au rendez-vous, rien n'a été plus agréable que de recevoir de la visite du vieux continent. Marie-Lou est restée juste le temps de ce weekend, qui est passé très très vite. Un brunch de Pâques plus tard et quelques petites visites touristiques de la région (notamment, les campus de Bucknell et de Bloomsburg), il est déjà temps de se remettre au boulot pour la dernière ligne droite. Plus que deux semaines et demies de labeur intense, avant une semaine placée sous le signe du repos et des loisirs : ce sera le moment où mes parents débarquent et il est inutile de préciser qu'ils sont attendus de pied ferme ! Alors je compte les heures, les minutes et les secondes qui me séparent de la fin de mes examens : patience et longueur de temps, paraît-il, feraient plus que force ni que rage....

lundi 7 avril 2014

Ma première conférence américaine


Je reviens de trois jours à Pittsburgh où se tenait la conférence annuelle de PSHA (Pennsylvania Speech-Language-Hearing Association). C'était la première conférence sur l'orthophonie à laquelle j'assistais ici aux Etats-Unis, et également ma toute première présentation à une conférence. Après avoir travaillé pendant tout un semestre sur un protocole de rééducation de groupe pour patients aphasiques était venue l'heure de partager notre expérience avec d'autres orthophonistes. Le thème central de notre recherche portait sur la création d'histoires à partir d'images en noir et blanc, inspiré du protocole de Time Slips qui existe pour patients atteints de la maladie d'Alzheimer. La présentation a duré une heure et demie et nous avons eu près de soixante personnes dans le public, un vrai succès ! Bien que passablement nerveuse à l'idée d'intervenir dans ma première conférence officielle, tout s'est très bien passé et le sujet a suscité des réactions plus que positives. Nombreux sont les orthophonistes qui sont venus nous poser des questions et qui ont démontré un intérêt certain pour ce type de rééducation. Reste maintenant à soumettre un autre projet de présentation pour la conférence annuelle de l'ASHA (American Speech-Language-Hearing Association) qui se tiendra en Floride en Novembre. Ce sera une autre grande étape et une nouvelle présentation de notre projet abouti. Inutile de dire que je ne suis pas peu fière d'avoir eu la chance de faire partie de ce groupe d'étudiants et de pouvoir présenter aux côtés de chercheurs de renommée nationale ! La prochaine étape, si ASHA accepte notre projet, risque d'être un peu plus challenging : ce serait un véritable saut dans le monde de la recherche en orthophonie. Pour l'heure, il me reste à analyser des tas de données, à regarder des heures et des heures de vidéos pour vérifier tout ce qu'on a mesuré depuis le mois de Janvier, et donc à passer un certain nombre d'heures supplémentaires à la fac... Alors courage, il ne reste plus que cinq semaines avec la fin de mon semestre de printemps, et 31 jours avant l'arrivée de mes parents!!!!