vendredi 31 octobre 2014

Halloween


Toute la semaine, les gamins de la clinique et de l'école primaire où je travaille n'avaient que ce mot à la bouche. Halloween, costumes, trick-or-treat... Probablement un an qu'ils l'attendaient : la journée des vampires, montres, fantômes, et autres sorcières est arrivé. Pas de pluie prévue cette année, les petits mômes en scary costume devraient sonner à notre porte toute la soirée. Après avoir (lamentablement) mangé un demi sac de bonbons que j'avais réservé pour l'occasion (l'autre moitié ayant été dévorée par mes camarades de classe, qui ont conservé leur âme d'enfant et leur appétence pour le sucré !), j'ai fait un saut au centre commercial pour racheter plus de munitions. Et je suis maintenant complètement armée : un gros sac de Reese's peanut butter cups, des Bounties (qui s'appellent Almond Joy aux Etats-Unis), des Milky Ways, ainsi que des mini Snickers et des Twix devraient faire l'affaire. Et si personne ne se montre, tant pis. Je réussirai bien à manger toute cette junk food moi-même, même si cette hypothèse de bonbons me restant sur les bras est bien improbable ! J'ai déjà mon costume pour la party des adultes, prévue pour plus tard dans la soirée. Et j'ai confectionné des cupcakes franco-américains pour l'occasion. Au sirop d'érable, cream cheese, et noix de pécans, typiques du pays de l'oncle Sam, ont été ajoutés de vrais carambars rapportés de France. Le résultat n'est pas mal du tout, et il va être difficile d'y résister ! Alors, si vous sortez, faites attention aux bêtes féroces et aux être surnaturels qui rôdent dans le coin... et si vous les apercevez, donner leur des confiseries pour calmer leur appétit. C'est une technique qui marche très bien pour les adultes aussi.

samedi 11 octobre 2014

Franco-américaine !


Et c'est finalement arrivé. Après des années de torture administrative, de déceptions et frustrations, de fausses-joies, véritables réjouissances, et accessoirement quelques milliers de dollars plus tard, j'ai finalement acquis la nationalité américaine. Plus de cauchemars en pensant à USCIS, plus de nébuleuses bureaucratiques, plus d'angoisses liées à mon immigration sur le sol américain : je peux maintenant voyager, voter, et être complètement libre de mes mouvements aux Etats-Unis. C'est une grande fierté, qui n'a de sens que parce que je suis avec Logan. J'ai toujours en mémoire cette année de galère lors de la demande de mon premier visa d'immigration, où le système nous avait punit drôlement et où nous avions passé de longs mois séparés par l'Atlantique. Cela étant, cette naturalisation effacerait (presque) ces mauvais souvenirs et il est désormais temps de passer aux réjouissances qui s'y rattachent. Et ça a commencé par un happy hour (au champagne s'il-vous-plait), et ça va se poursuivre ce weekend. Certains se demanderont peut-être ce qu'il advient de ma citoyenneté française. Rien de particulier, je suis et je resterai française à tout jamais, car à défaut de résider en France, ma culture, ma langue, ma nationalité et mes origines seront toujours française. J'ai tout simplement gagné une nouvelle partie de moi, je n'ai rien perdu et je ne perdrai jamais rien. Mais pour l'heure, it's time to celebrate!!!

Lors de la cérémonie de naturalisation, il m'a été remis une copie de la constitution américaine, et un guide pour les nouveaux américains. Il est temps de s'inscrire pour voter !

jeudi 2 octobre 2014

La foire de Bloomsburg



Après trois ans en Pennsylvanie, j'ai finalement eu l'occasion de me rendre à la foire annuelle de Bloomsburg, événement marquant pour cette petite bourgade de campagne, qui accueille pas moins de 400 000 visiteurs chaque année. C'est une énorme machinerie bien rodée, où d'immenses parkings succèdent à d'immenses stands d'expositions, à l'extérieur ou dans des pavillons couverts. Des milliers d'animaux y sont présentés chaque année, des bovidés aux gallinacés. La foire est connue pour ses spécialités alimentaires, riches en gras et en sucre, fortement déconseillées aux personnes au régime, et hautement additives pour une petite frenchie comme moi. Il est possible d'acheter et de consommer absolument tout et n'importe quoi frit dans l'huile. J'ai bien dit absolument tout. Des légumes, aux cornichons, et aux gâteaux, tout peut être trempé dans un genre de pâte à beignet et frit dans de l'huile bouillante. J'ai eu l'occasion de déguster, parmi d'autres, des Oreo Cookies frits (une tuerie !), des Twix frits (avec un caramel coulant et tiède à l'intérieur....), des macaronis au fromage frits, des bretzels chauds d'inspiration allemande (faits à la main et cuits sous mes yeux), des pancakes à la pomme de terre (un litre d'huile dans chaque pancake environ), et d'autres spécialités plus traditionnelles mais tout aussi intéressantes (les pierogies, genre de raviolis d'origine polonaise fourrés à la purée de pomme de terre, et toutes les spécialités grillées/fumées au barbecue). Inutile de préciser que mon estomac a eu bien du mal à assimiler tous ces délices, mais que le jeu en a valu la chandelle. Rien de tel qu'un cookie frit pour saturer son foie, le tout accompagné d'un petit tour à pied du côté de la fête foraine, auprès du stand des légumes géants, des concours de tables dressées, des concours de bouquets, de plantes, et d'autres bizarreries en tous genres. Plus qu'un bon moment, cette foire a été une véritable découverte culturelle, où j'ai pu poser un regard mi-amusé, mi-circonspect sur la Pennsylvanie centrale. Mon orgie hépatique, qui était plutôt exceptionnelle pour moi, s'est révélé une habitude quotidienne pour bon nombre de mes collègues locaux. Certains mangent ces trucs tous les jours et à chaque repas. Il va falloir m'y faire : rien n'égalera jamais la bonne bouffe à la française, pas même ces infâmes/délicieux Twix frits qui laisse un petit gout sucré dans la bouche et les doigts gras et collants. Mais faute de mieux, je m'en contente, car gourmande un jour, gourmande toujours....

Les fameux Pierogies

Oreo frit

Macaronis au fromage frits

Une banane congelée trempée dans le chocolat

Les Twix frits !

Les Bretzels faits à la main

Les pancakes à la pomme de terre

La plus grosse citrouille de la foire, 1036 pounds soit près de 921 kilos !