jeudi 26 février 2015

Le praxis


Histoire de m'approcher encore un peu plus près du statut officiel d'orthophoniste aux Etats-Unis, j'ai passé les examens standardisés du praxis. Le praxis existe sous différentes versions en fonction du métier visé. Il s'agit d'un test informatisé, de deux à quatre heures selon la branche concernée, avec un score minimal nécessaire pour valider l'examen. En Janvier, j'ai d'abord passé haut la main l'examen qui me permettra un jour (si l'envie m'en prend) d'exercer dans une école en Pennsylvanie. Au programme, diverses questions à choix multiple traitant d'histoire, sciences, mathématiques et littérature. Presque un examen à passer les doigts dans le nez lorsqu'on a été scolarisé sur le sol américain, mais un peu plus difficile à valider si l'on a usé - comme moi - les bancs de l'école française. Et pourtant, j'ai passé ce praxis haut la main, notamment grâce aux mathématiques et aux sciences. Deux trois petites équations du premier degré, quelques pourcentages, deux trois questions relevant de la physique-chimie niveau cinquième, une bonne dose de logique, et hop ! le tour était joué. Pour autant, je ne faisais pas trop la fière car je savais que la prochaine étape - le praxis pour les orthophonistes - ne serait pas tout autant une si mince affaire. Et en Février, j'ai passé cet examen tant redouté. Cet examen comprenait des questions dans tous les domaines de l'orthophonie (neurologie et prise en charge des AVCs/traumatismes crâniens, troubles de langage et de la parole chez l'enfant, utilisation de la communication augmentative et alternative, prise en charge des malformations faciales et fentes labio-palatines, dysphagie et videofluoroscopie, dysarthrie et déficits associés, démences, ainsi que voix et laryngoscopie). Et j'ai réussi l'examen ! Donc si l'on veut résumer ce qui me reste encore à faire pour être certifiée orthophoniste ici, je dois encore : prévoir ma soutenance de mémoire (la version presque finale est actuellement en relecture), terminer ce stage-ci en hospitalisation complète (neurologie adulte), terminer le prochain stage en soins intensifs, obtenir mon diplôme de master en Mai, puis poursuive dans mon année de CFY (clinical fellowship) avec un ou une orthophoniste mentor, avant de finalement être certifiée par l'ASHA. Ce ne sera donc pas pour demain, mais je m'en rapproche un peu plus chaque jour. Alors tandis que j'attends ma remise de diplôme avec impatience, j'imagine que cette certification viendra sans doute à l'horizon 2017 puisque nous rentrons cet été en France et passerons l'année scolaire à venir à Tours. Alors patience, tout vient à point à qui sait l'attendre.