jeudi 25 mai 2017

La cantine aux Etats-Unis

Le plateau-repas de ce jeudi midi, école publique du Nord de Miami
Qui n'a pas de bons souvenirs de la cantine scolaire en France, où l'on regardait le numéro inscrit au-dessous des verres incassables pour déterminer notre âge ? Qui ne s'est pas un jour amusé à partager une cuisse de poulet après avoir fait une bataille de petits pois ? J'ai des souvenirs extraordinaires de mes midis à la cantine scolaire, où la gastronomie était parfois au rendez-vous (mais pas toujours), et où les repas du lycée était -accessoirement- plutôt proche de la ration de combat que d'un restaurant étoilé. A l'école primaire, j'ai adoré la cantine. Tous les jeudis, j'y restais pour déjeuner et j'avais l'occasion de jouer inlassablement après avec mes camarades. La nourriture était correcte, je me souviens ne jamais m'en être plainte. Au collège, la nourriture était du même acabit. Je finissais les assiettes de mes compatriotes, qui eux n'aimaient rien. Au lycée, le choix alimentaire s'est considérablement dégradé et j'ai de mauvais souvenirs de poulet semi-cuit et croquant, de légumes partiellement décongelés, et de files d'attentes interminables. Mais dans toute cette expérience, je n'ai jamais eu l'occasion de manger un seul repas déséquilibré. Des crudités, des légumes (pas toujours frais), des desserts (pas toujours gastronomiques), et des laitages (pas souvent périmés). Les menus de la semaine étaient variés et contrôlés par une diététicienne. Mon expérience diffère probablement des autres enfants élevés en France. Mais elle est à mille lieues de ce que mes petits élèves mangent à la cantine d'une école publique aux Etats-Unis. J'imagine que les menus sont considérablement différents d'une école à l'autre, et d'une ville à l'autre. Pourtant, j'ai la vague impression que la notion d'équilibre alimentaire ne fait pas partie de la discussion. Ainsi, ce midi, les enfants ont mangé des galettes de maïs fourrées au fromage, du porc frit, du maïs en épi, des chips au fromage, et des quartiers de pomme fraiche (toute épluchée et tranchée industriellement). La boisson ? Du lait nature ou du lait aromatisé au chocolat. Pourquoi pas de l'eau, tout simplement ? Où sont les légumes ? Où sont les couleurs ? Comment peut-on servir ce genre de nourriture dans une école publique ? Dans d'autres écoles où je vais, la cantine n'a pas l'air spécialement plus équilibrée, loin s'en faut. La seule différence en est que les élèves, plus privilégiés, apportent presque tous leur propre repas. Au moment d'aller manger (une demie-heure, top chrono !), les étudiants se saisissent de leur lunch box et se rendent à la cafétéria. Les disparités sociales touchent donc les enfants et leur accès à une alimentation équilibrée. En gros, si l'enfant est privilégié, ses parents lui fournissent un repas maison. Sinon, la nourriture gratuite de l'école est servie, le matin au petit déjeuner, et le midi, au déjeuner. Il a y a tant à faire pour changer ça ! Michelle Obama a beaucoup oeuvré pour changer les habitues alimentaires des enfants américains. Et pourtant, quand je vois toute cette nourriture, je me dis qu'Amaury aura lui aussi, toute sa vie américaine, une lunch box préparée par ses parents....


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)