lundi 22 mai 2017

Les petites bébêtes de Floride

La bien célèbre tortue de Floride, dans son état naturel
La Floride regorge de petits animaux en tout genre, plus ou moins sympathiques. Si certains sont fascinants, d'autres déroutants, la plupart sont bien gentils, mais uniquement de loin. Les oiseaux sont partout. Les aigrettes, les vautours, les toucans, les pélicans, les orioles... une multitude de couleurs criardes qui ne passent pas inaperçues. Les reptiles sont également très présents. Les lézards, bien plus gros que ceux que nous pouvons voir en France, ont un cou rouge qui se gonfle et se dégonfle à volonté, un peu comme un ballon de baudruche. Ils sont accompagnés des iguanes, sortes de mini-dinosaures qui auraient survécu à l'enchainement des millénaires et qui seraient -dit-on- à l'épreuve du temps. Plus gros encore, les alligators. Ils ne sont pas très présents à Miami (fort heureusement !) mais côtoient de très près les petits lacs artificiels et autres mares du coin. Aussi, il est vivement déconseillé de se baigner en dehors des zones autorisées. Chaque année, des histoires sordides de gamins happés par des mâchoires féroces d'alligators sont publiées dans les journaux locaux. Dans le doute, Amaury ne connaitra jamais que les baignades en mer ou en piscine, loin s'en faut. Et en mer, justement, les animaux sont très présents également. Poissons multicolores, lamantins, dauphins... tous sont visibles, à différentes saisons, et côtoient parfois des baigneurs de très très près. J'ai le souvenir de mon cousin et de sa chère et tendre, en Septembre dernier, surpris par un lamantin en bord de plage, qui de loin ressemblait plus à un requin qu'à un gros animal rondouillard et inoffensif. L'ombre sombre du lamantin était entre eux et la plage, ce qui m'a donné froid dans le dos pendant quelques secondes, le temps de réaliser que l'animal n'était pas un requin. Les bêtes les plus petites, en revanche, peuvent être les plus ennuyantes. Les moustiques pullulent dans certains endroits de Floride, et notamment dans les Everglades. Impossible de s'y rendre sans s'enduire d'une bonne couche d'anti-moustique, en tout cas en plein été. A notre grand bonheur, notre poussette est équipée d'une moustiquaire, ce qui évite de tartiner notre mioche d'un tas de cochonneries chimiques mais ô combien efficaces pour repousser ces insectes envahissants. Dans Miami-même, les moustiques ne sont pas si gênants que ça, à condition d'être bien préparés et d'éviter certaines sorties à certaines heures propices à cette bébête dérangeante. Et, en toute honnêteté, je les trouve même moins pénibles que les moustiques de Pennsylvanie en plein été. Si là-bas, si une piqûre mettait plusieurs semaines à cicatriser après avoir triplé de volume, les moustiques d'ici sont moins néfastes et ne piquent "qu'en douceur". Alors puisque l'alerte Zika et désormais levée, il ne reste plus qu'à se protéger du soleil, qui lui, en plein été, peut être particulièrement nocif...

Un alligator des Everglades

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)