mercredi 8 novembre 2017

"The good immigrant"


"You are a good immigrant". Il y a de ça quelques années, j'ai entendue cette phrase ô combien polémique de la bouche d'une maitre de stage peu précautionneuse. Si l'expression se voulait un compliment, je l'ai reçu comme une véritable insulte en pleine figure. Au-delà des mots, cette notion de "bon immigrant" dressait l'emphase sur ma peau peu propice au bronzage, sur mes origines françaises (pays développé), et sur mon expérience universitaire (un peu trop) remplie. Implicitement, cette petite remarque m'a beaucoup perturbée. Etre née dans un pays riche (la France) et avoir eu l'occasion de faire des études n'est pas quelque chose que j'ai spécialement mérité. Certaines classes économiques américaines ont la fâcheuse tendance de penser que les classes défavorisées "méritent" leur sort, et qu'elles ne peuvent s'aider qu'elles mêmes. En gros, si tu es pauvre, tu le dois certainement avoir quelque chose à te reprocher. Donc, face à cette maitre de stage, qui avait (à l'époque) tout pouvoir sur mon futur académique, je n'ai rien su répondre. Et pourtant, des années plus tard, je rejoue souvent le scénario dans ma tête, et je tente de formuler une réponse à cette incroyable histoire implicitement teintée de racisme et de préjugés. Pour faire simple, selon certains américains, il existe deux types d'immigrant. L'immigrant riche, blanc, éduqué, et plurilingue (de fait, désirable), et l'immigrant bronzé, pauvre, si possible d'une religion différente, et bien sûr, non éduqué (totalement indésirable). Depuis l'arrivée de notre puppet president Trump, les immigrants, légaux et illégaux, ont commencé à se faire du souci. J'ai eu la chance de venir ici sous l'ère Obama, et d'obtenir ma citoyenneté américaine il y a plus de trois ans. Les Etats-Unis sont un pays d'immigration. Mais le monde commence à changer de face depuis que Donald a accédé à la maison blanche. Les inégalités et les pensées discriminantes sont devenues quotidiennes. Ici, il n'est pas interdit de dire haut et fort que l'on est raciste, et que l'on méprise d'autres individus au prétexte de leur origine, religion ou couleur de peau. Il suffit de ne pas inciter à la haine raciale et de ne pas troubler l'ordre public. La constitution américaine protège la liberté d'expression. Les négationnistes, par exemple, se font la part belle sur le sol américain. Alors, si je cessais d'être simplement observatrice et que je commençais à dénoncer ces propos répréhensibles ? Après tout, j'ai le droit d'exprimer mes opinions politiques, n'en déplaise aux affreux conservateurs américains...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)