dimanche 26 février 2017

Working mom, épisode 2


J'avais déjà abordé le sujet de la maternité en travaillant à plein temps dans un précédent article (à lire ici). Rien n'a véritablement changé depuis, si ce n'est que Logan a de plus en plus de travail et de responsabilités, et que je continue mon activité d'orthophoniste "scolaire" cinq jours sur sept. La crèche continue de nous sauver la vie, avec ses horaires plutôt étendues (de sept heures à dix-huit heures), même si Amaury n'y va pas aussi longtemps (heureusement !). Les journées me paraissent souvent infernales, avec un emploi du temps totalement millimétré, où tout doit être parfaitement organisé pour que rien ne dérape. Il est arrivé que notre petit Loulou parte à la crèche sans nourriture, ou sans biberon, et que l'on doive lui rapporter ce dont il a besoin dans la matinée. Heureusement, nous sommes une véritable équipe, et j'ai la chance de pouvoir compter sur mon homme pour des tas de petites choses à la maison. Les weekends sont rythmés par les besoins du bébé, qui, non content d'explorer chaque recoin de la maison, s'est mis à ouvrir les poignées de porte seul (à tout juste onze mois !) et à comprendre l'ouverture des ficelles de sécurité mis aux placards de cuisine. Tout est soigneusement mâchouillé, trifouillé, trituré et léché en long, en large et en travers. Tout doit être caché, et il faut veiller à ce qu'il ne se blesse pas en tombant. Il a trouvé l'astuce pour ouvrir le panier de linge sale, et il faut constamment l'empêcher d'étaler les chaussettes sales et autres saletés un peu partout dans la maison. Les weekends sont donc plutôt sportifs, chargés, et la semaine serait parfois presque plus reposante que le reste du temps. Je ne sais pas comment font les mamans qui restent à la maison avec leur(s) jeune(s) enfant(s). Je les admire. Je les vénère. Je les respecte énormément. Car je ne me vois pas rester à la maison et avoir uniquement ce rôle de maman. Mon activité, bien que très prenante, est primordiale (pas uniquement financièrement). Alors même si j'attends mon spring break avec impatience, j'apprécie d'avoir un boulot qui me sort de la maison, car rester à la maison, finalement, ce serait presque plus fatigant que de travailler...

mardi 21 février 2017

Petites nouvelles incroyables de Février


Le temps passe, il file même, et je me rends compte que je n'ai pas pris le temps de poster un seul article depuis longtemps ! Il faut dire que j'ai été un peu (beaucoup) échaudée par l'élection de Donald Trump. J'avais prévu de détailler ses horribles et atroces faits et gestes dans un long paragraphe, mais, en toute honnêteté, le coeur n'y est vraiment pas. Chacune de ses actions me fait voir rouge ou me déprime, donc je vous demande humblement un joker pour ce sujet-là. A côté de ça, nous sommes très occupés avec le boulot et la routine de la semaine, où chaque minute compte et où nous retenons notre souffle jusqu'au moment du coucher. Les journées marathon se suivent et se ressemblent, et les weekends sont là (heureusement) pour nous  apporter une petite bouffée d'oxygène. J'ai eu la surprise de ma vie ce weekend, lorsqu'en rentrant du travail vendredi, j'ai trouvé ma petite soeur et mon beau-frère à la maison ! Je n'avais aucune idée de leur venue surprise, et j'ai été tout simplement estomaquée. J'ai dû m'asseoir sous le coup de l'émotion, un beau moment inoubliable ! En fait, c'est Logan et Julie qui avaient fomenté cette belle surprise depuis des mois. Les jeunes mariés avaient pour projet de partir au Sénégal en voyage de Noces, mais lorsque leurs plans ont changé, ils se sont bien gardé de me le dire et ils se sont arrêtés vendredi sur leur chemin vers la Jamaïque. Une fois remise de mes émotions (il m'a fallu la nuit pour réaliser que c'était bien réel !), nous avons pu profiter d'un superbe weekend en famille. Ceux qui ont des membres de leur fratrie à l'autre bout du monde savent très bien à quel point ces moments en famille sont irremplaçables, et la surprise n'ôte rien à ce plaisir, bien au contraire. Parfois, la France, ma famille, et mes amis me manquent terriblement ici. Mais notre vie est en Floride, et même si être expatriée n'est pas toujours évident, le climat agréable de Miami met facilement un peu de baume au coeur quand on est homesick....