vendredi 12 janvier 2018

Destitution présidentielle ?


On parlerait alors d'impeachment. Trump pourrait-il laisser la place à un président moins agressif et surtout beaucoup moins incompétent ? De plus en plus, aux Etats-Unis, des voix de toutes parts s'élèvent contre ce puppet president qui paraît diriger le pays comme le ferait un enfant capricieux, éternellement insatisfait, impulsif et désordonné. Les grands titres du New York Times aujourd'hui se penchent sur un discours prononcé récemment, dans lequel Donald fustige d'une façon totalement raciste les immigrés en provenance d'Haïti et du Nigeria. Ils "auraient tous le sida", ou proviendrait tous d'un "shithole". Des propos bien sûr totalement inacceptables de la part d'un président en exercice. Cet épisode n'est pourtant pas le premier d'une longue série de bourdes diplomatiques. Il serait inquiétant de penser que cet homme impulsif, colérique et versatile détient le contrôle de l'arme nucléaire. Depuis son investiture, il y a bientôt un an, il ne s'est pas passé une semaine sans que ce goofy guy ne se montre en spectacle, ridiculisant pour autant la majorité des habitants de son pays. Que l'on aborde les questions du sexiste, du racisme, du déni du réchauffement climatique (sujet cher à ce monsieur dodu), du conflit au moyen-orient, de la situation nord-coréenne, des impôts, de la santé, et de l'éducation, il n'a su que montrer son ignorance et sa méconnaissance de la vie de son pays. Parfois, je croise certains concitoyens qui se disent juste écoeurés et honteux aux yeux du monde que de se laisser gouverner par un papi grincheux et légèrement frontal. Alors Trump pourrait-il être destitué ? Il faudrait tout d'abord qu'un ou plusieurs membres de la chambre des représentants (House of Representatives) rassemble des preuves juridiques contre la légalité ou l'anti-constitutionalité de ses actions. Il devrait ensuite être jugé coupable par cette chambre des représentants et par le sénat. Qui le remplacerait ? En cas d'impeachment, l'actuel vice-président, Mike Pence, une sorte d'ultra-religieux fondamentaliste qui croit au créationnisme et souhaiterait qu'il soit enseigné à tous à l'école, entrerait en exercice. Donc pas sûr que ce choix soit plus préférable à à ce locataire de la maison blanche. Même si j'aurais (peut-être) un peu plus confiance en Pence en ce qui concerne les relations diplomatiques avec d'autres pays du monde. Hillary Clinton avait remporté le vote populaire en 2016 avec près de 2 millions de voix d'avance. Reste à espérer que dans trois ans, les américains votent pour une alternative à cette presidential joke....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires! J'y répondrai dès que possible :-)